Les éco-lieux

Eco-lieu, éco-village, éco-hameau, vous avez peut-être déjà entendu ces mots sans vraiment réussir à comprendre le concept ou l’idée qui se trouve derrière.

Ces mots désignent un regroupement de personnes qui suivent le même projet : construire un endroit où ils pourront vivre en équilibre avec la nature. Ils donnent une place prépondérante à l’écologie et l’humain. Chaque éco-lieu est différent, en cela, il est difficile de trouver une définition générale du terme. Loin du cliché hippie que nous pouvons apercevoir parfois, se sont de véritables lieux d’expérimentation qui sont créés. De la manière de cultiver la terre, à la construction d’habitat écologique en passant par un système politique différent, tous les pans de la société sont remis en cause.

Des sociétés alternatives 

Remettre l’humain et l’écologie au sein du système en proposant d’autres façons de vivre, le défi semble ambitieux. Et pourtant, la volonté de changer de paradigme semble être motivant. Cela donne place à des lieux d’expérimentation tant en terme de culture, d’éducation, d’interactions sociales. Participer à une transition tant écologique que sociale semble primordial. Chaque projet peut choisir d’utiliser beaucoup de technologiques ou pas du tout, d’être très en marge de la société actuelle ou non, de mettre en place des activités (agricultures, éducation d’enfants, formations en permaculture, etc.) qui permettent de produire un revenu économique ou non.

Chaque éco-lieu est différent et à ses propres convictions et objectifs. 

En fonction de l’emplacement géographique, les enjeux et les objectifs peuvent être multiples. L’intention ne sera pas la même entre un écolieu dans un pays dit développé et un écolieu dans un pays dit en voie de développement. De même que, un écolieu dans une zone rurale à revitaliser ou un écolieu dans une zone plus active.

Le projet TERA est un éco-hameau expérimental dans la commune de Tournon d’Agenais, dans le Lot-et-Garonne. L’objectif est de proposer un modèle économique alternatif, qui permette de relocaliser 80% de la production vitale des habitants. Cela en ayant un impact positif sur l’environnement et en relançant la croissance économique de cette zone rurale à revitaliser. Les acteurs du projet souhaitent réaliser ces objectifs, sur une période de 10 ans, en impliquant les acteurs locaux déjà présent comme les associations, producteurs locaux et collectivités territoriales.

Des lieux autosuffisant

On ne s’invente pas agriculteur ou maçon du jour au lendemain, pourtant les personnes habitants les éco-lieux ont dû apprendre ces métiers complexes. La plupart n’ont pas de formation dans ces domaines et pratiquaient des métiers très divers avant de se réunir. Ils ont mis leurs compétences et savoir faire en communs pour avoir quelque chose dans leurs assiettes et des toits au-dessus de leur tête.

Pour ce qui est des habitations, la sobriété énergétique et les matériaux écologiques sont les principales préoccupations des habitants. Remplacer le béton et la brique par le bois, la paille ou même la terre, le tout devant posséder une isolation efficace. C’est un point essentiel pour réduire les dépenses d’énergie. La plupart des habitations construites dans ces villages sont dites passives. C’est-à-dire que le bâtiment reste à une température constante toute l’année, sans avoir besoin de climatisation en été et de chauffage en hiver.

Du côté de la production de nourriture, la permaculture est souvent la forme d’agriculture préconiser. En effet, outre l’absence d’utilisation de produits phytosanitaires, la production est axée sur une utilisation intelligente des capacités du terrain et des plantes. De plus, le travail manuel est majoritairement utilisé, toute la communauté doit donc être mobilisée, ce qui permet de resserrer les liens entre les habitants. Cependant, ils ne vivent pas en autarcie pour autant, ils peuvent acheter ce dont ils ont besoin aux producteurs locaux et vendre leurs surplus dans les marchés.

Des annuaires permettent de recenser les différents écolieux en France et à l’étranger. La meilleure façon de trouver un écolieu, ou de comprendre son fonctionnement, est de passer quelques jours au sein de cette communauté. Il est possible d’effectuer des courts séjours en tant que bénévoles ou simple visiteur.

 

Ressources pour aller plus loin:

Laissez-nous un commentaire !