La qualité de vie au travail

« Un esprit sain dans un corps sain » vous avez sans doute déjà entendu cette phrase. Faire du sport, manger de la nourriture saine, bien dormir. Autant de conseil qu’on entend souvent et dont certains ont fait leur bannière. Et il est probable que vous suiviez ces conseils, au moins en partie, dans votre vie quotidienne. Et puis il y a le travail, parfois source de stress et de mal-être. Souvent décrit comme n’allant pas dans le sens d’une bonne qualité de vie.

Pourtant, le facteur humain entre de plus en plus en compte dans la vie d’une entreprise. Il y a un mot pour ça, on appelle ça la qualité de vie au travail (QVT).

 

Le concept

Ce concept se définit comme « Les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte« , du moins en France.

Il est apparu dans les années 70, mais on en retrouve les fondements dans les années 50 chez Eric Trist. Il part d’un constat simple : plus le salarié a un travail monotone qui abaisse ses capacités réelles, moins il est efficace, donc moins l’entreprise est productive ! On parle de 13% d’efficacité en moins. 

C’est pourquoi il intéresse aussi bien les chercheurs que les managers afin d’impliquer d’avantage les salariés dans leurs travails pour qu’ils y trouvent une plus grande satisfaction.

Il permet de répondre à 3 enjeux majeurs selon l’Anact, l’agence national pour l’amélioration des conditions de travail :

Les enjeux de marchés, sociétaux, et de santé.

La qualité de vie au travail est une démarche qui est de plus en plus prise en compte dans les entreprises, puisqu’elle s’inclut simplement dans la démarche RSE des entreprises. D’ailleurs, depuis 2014, cette stratégie est obligatoire pour les entreprises de plus de 500 employés, prenant la forme d’une publication d’informations annuelles non-financières en rapport avec ces pratiques sociales et environnementales.

 

L’améliorer

La RSE, la responsabilité sociétale des entreprises, est, selon la Commission Européenne : L’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.”

La qualité de vie au travail est en partie du ressort de la politique RSE de chaque entreprise.  En plus des managers qui, eux, peuvent impliquer davantage leurs équipes en leur donnant plus d’autonomie et de responsabilités. Comme le montre le graphique ci-dessous : plus un employé est pris en compte et impliqué dans les prises de décisions et autonome dans son travail plus il sera efficace.

 

Un bon moyen d’améliorer l’implication des employés, la cohésion et l’entente dans les équipes, et qui est encore du ressort de la RSE, serait peut-être de sortir du travail. Par exemple en proposant des activités de groupe avec une prise de décision horizontale (tout le monde au même niveau). Les activités proposées par notre entreprise sont un bon exemple, elles permettent de mettre en avant l’esprit d’équipe et la communication, tout en apprenant.

Prenons, au hasard, l’exemple du jardinage. En plus des bienfaits physiques et psychologiques de mettre les mains dans la terre, cette activité permettra à tous de participer à un objectif commun sans distinction de rang. Tout le monde pourra goûter au fruit de son travail avec de la patience et de la persévérance. Si cela est inclus dans l’emploi du temps, cela se ressentira également sur le travail de l’entreprise.

 

Votre travail ne doit pas être une corvée. Faire des activités entre collègues permet de les voir sous un nouveau jour, en renforçant les liens entre équipes. Ce qui se ressentira sur votre bien-être au travail !

Laissez-nous un commentaire !